Comment bien planter son rosier ?

Planter son rosier dans les règles de l’art, c’est assurer sa bonne reprise. Outre le fait d’avoir en sa possession un plant de rosier de bonne qualité (vous pouvez nous faire confiance sur ce point), bien le planter facilitera le développement de nouvelles racines. La partie supérieure du rosier, ses feuilles, ainsi que ses futures floraisons n'en seront que plus belles.

Voyons dans un premier temps les étapes qui sont indispensables a tout type de rosier, qu’il soit buisson, arbustif, grimpant ou liane.

1. Quelle exposition pour mon rosier ?

De manière générale, les rosiers préfèrent les endroits du jardin bien exposés. Les rosiers nécessitent un minimum d’une demi-journée d’ensoleillement pour vous donner une belle floraison. Vous pouvez donc planter vos roses dans une partie éclairée par le soleil du matin, par celui de l’après-midi ou tout simplement au sud.

Cependant, faites attention, certains rosiers (notamment les rouges très foncés) n’aiment guère le soleil brûlant, au risque de voir leurs roses se dégrader rapidement. Préférez une exposition ensoleillée le matin pour ce type de rosier. N’hésitez pas à retourner sur la fiche rosier de votre variété sur notre site, ce type d’information y est mentionnée.

Un rosier à l’ombre, est-ce possible ?

Il existe quelques variétés de rosiers qui supportent une exposition ombragée. Nous parlons ici d’une exposition qui, même si le soleil ne touche pas la plante directement, reste lumineuse. N’essayez pas de planter un rosier dans un coin totalement sombre, vous ne verriez aucune rose se développer.

Ces variétés sont plutôt présentes dans les roses anciennes. Elles sont bien souvent de couleur claire avec des formes de rose sauvage, type églantine.

2. La Période de plantation

Les rosiers ne doivent pas être plantés pendant les périodes de gelées ainsi qu'en période de sécheresse. Ne craignez pas les gelés nocturnes ou la petite gelée blanche du matin, si la température est positive en journée vous pouvez planter.

Voyons maintenant la période de plantation en fonction du type de conditionnement.

Rosier en racines nues

Les rosiers en racines nues sont plantés de la fin octobre à la mi-mars. Cette période peut être légèrement rallongée selon les conditions climatiques. Cependant, fuyez les marchands qui vendent des rosiers en racines nue en septembre ou début octobre. Ils ont fait subir aux rosiers des traitements chimiques pour accélérer la chute des feuilles. Ce type de pratique affaiblit considérablement les plantes. De même, vous trouverez sur le marché des rosiers racines nues fin avril, alors que dans la nature la végétation a déjà repris et que certaines années la température y dépasse déjà les 20°C. Ces rosiers sont sûrement restés très longtemps en frigo ( pour maintenir le repos végétatif) et risquent de griller sur place à leur plantation.

Rosier en conteneur

Les rosiers en pots peuvent être plantés toute l’année. Vous devez surtout prendre en considération l’entretien en arrosage. Si vous le plantez à l’approche de l’été, votre rosier demandera votre attention pour ses besoins en eau. Un conseil : n’installez pas le rosier dans votre jardin juste avant de partir en vacances d'été !!!

3. Distance de plantation

Voici les distances de plantation en fonction du type de rosier :

Rosiers buissons

La distance à respecter entre deux rosiers buissons est de 50 cm à 80 cm

Rosiers arbustifs

La distance minimum à respecter entre deux rosiers arbustes est de 80 cm à 1.20 m

Rosiers grimpants

La distance minimum à respecter entre deux rosiers grimpants sur un mur est de 1.50 m à 2.50 m.

4. Préparer le trou de plantation

Préparer le trou de plantationPréparer le trou de plantation doit être large et profond. Il vous faudra creuser un minimum de 40 cm en largeur et en profondeur. Plus vous ameublirez la terre autour du rosier, plus le développement du système racinaire sera facilité. Travaillez votre terre, elle doit être semblable à celle laissée par les taupes. Les radicelles du rosier pourront ainsi facilement y croître.

Maintenant que votre trou est fait, mélangez dans une brouette la terre que vous avez sortie avec un bon terreau de plantation, ainsi qu’un amendement organique.

Quel type de terreau incorporer selon votre sol :

En sol sableux

Regardez la composition du terreau. Elle doit être riche en argile ou en terre végétale afin d’augmenter la capacité du sol à retenir l’eau et les éléments nutritifs.

La recette : 1/2 de votre terre, 1/2 de terreau et votre amendement (composte, engrais organique, etc.)

En sol lourd

Dans ce cas, nous vous conseillons en plus d’un terreau de plantation, d’ajouter du sable de rivière pour alléger le sol.

La recette : 1/2 de votre terre, 1/4 de terreau de plantation, 1/4 de sable et votre amendement (composte, engrais organique, etc.)

En sol ni trop lourd, ni trop léger

Vous avez de la chance, c’est une bonne terre. Un simple terreau de plantation fera l’affaire.

La recette : 2/3 de votre terre, 1/3 de bon terreau de plantation, et votre amendement (composte, engrais organique, etc.)

L’amendement

Engrais rosiers

Préférez toujours un engrais organique. Ceux-ci sont plus durables dans le temps et possèdent naturellement tous les éléments nutritifs indispensables au rosier, sans risque de brûler ses racines.

Vous pouvez utiliser votre compost personnel, de la corne broyée, du sang séché, une fumure type fumier (attention le fumier doit être bien composté, au moins deux ans jamais de fumier frais).

Aujourd’hui les commerces spécialisés proposent des engrais organiques très complets à base de fumier ou d’algue. Ils sont disponibles sous forme de granulés, ce qui facilite grandement leur application.

Si vous décidez malgré tout d’utiliser un engrais chimique, prenez uniquement un engrais spécial rosier. Ces engrais sont plus riches en potasse, un élément indispensable pour une belle floraison. Pour ce qui est de la dose, suivez les indications du fabricant.

Dans le cas d’un compost maison, ne dépassez pas ¼ du mélange, et encore un peu plus léger pour un fumier.

5. Préparation du rosier avant plantation

Rosier en racines nues

Commencez par réhydrater le rosier en le plongeant dans une bassine d’eau.

Tous nos rosiers son retaillés à l’expédition, mais néanmoins, retaillez d’un petit centimètre les racines afin de les rafraîchir. Traditionnellement, les rosiers en racines nues sont pralinés. Le pralin est un mélange de terre et d’eau effectué jusqu’à obtention d’une boue épaisse. Cette boue est agrémentée d’éléments nutritifs (compost, fumier), vous trouverez des pralins prêts à l'emploi en jardinerie. Le pralin permet de mettre plus rapidement en contact les racines du rosier avec le sol. Par expérience, nous considérerons le pralinage comme une opération facultative dans la plupart des cas, mais utile pour des terrains difficiles à travailler.

Enterrer un rosier racines nues
Planter un rosier racines nues

Rosier en conteneur

Enlevez le pot, et démêlez les racines si besoin. Nos rosiers ne restent pas plusieurs années dans le même pot afin d’éviter le phénomène de chignon au fond du conteneur. Il s’agit là de simplement gratter la motte avec vos mains.

6. Mise en place du rosier

Commencez par remplir 1/3 du trou de plantation avec le mélange préalablement constitué.

Installez le rosier de façon à ce que le départ des branches affleure le niveau du sol. Le point de greffe ne doit pas être sous la terre (point de greffe = point de départ des branches). Si votre exposition est très ventée, préférez installer le point de greffe face au vent dominant.

Maintenez le rosier à la bonne hauteur et commencer à bien répartir le mélange terre-terreau qui vous reste tout autour.

Enterrer un rosier racines nues
Planter un rosier racines nues
Planter un rosier racines nues

Maintenant que votre rosier est planté, un bon arrosage est capital.En effet, c’est l’eau qui va tasser la terre et mettre en contact votre rosier et le sol. Pas la peine de faire la danse de l’indien autour du rosier pour tasser la terre. Même par temps pluvieux, versez au minimum 10 Litres à 15 Litres par plant.

7. Plantation des rosiers grimpants

La procédure de plantation des grimpants est exactement la même que celle décrite au-dessus. Prenez juste en compte une distance d’environ 40 cm entre le rosier et le mur. Nous n'allons pas ici aborder la technique de palissage du rosier grimpant sur un mur, une arche ou une pergola.

8. Plantation des rosiers lianes

La principale difficulté que vous rencontrerez avec la mise en place d’un rosier liane dans un arbre, ce sont les racines de l’arbre hôte.

Bien sûr, si vous le plantez dans un arbre mort, l’opération sera facilitée, mais dans le cas d’un arbre vivant, n’hésitez pas à reculer votre trou de plantation jusqu'à trouver l’endroit permettant de creuser (bien souvent entre deux grosses racines). Une fois trouvé un lieu plus aisé au travail du sol, procédez aux étapes décrites au-dessus, à la différence près que votre dose d'amendement devra être un peu supérieure, car l’arbre a très certainement déjà puisé dans les ressources du sol. Il en est de même pour l’arrosage, vous devrez être plus attentif la première année.